Tout savoir sur l’histoire et l’ancêtre du cheval.

Tout savoir sur l’histoire et l’ancêtre du cheval.

Quand le premier cheval est apparu ? sa domestication, ses ancêtres ? autant de questions auxquelles nous allons répondre !

Le cheval à toujours intrigué l’homme, cet animal majestueux pleins de grâce. Comme le chien la rencontre entre l’homme et le cheval a été un moment marquant de l’histoire car après ça nos chemins ne sont plus jamais séparés. L’histoire des équidés a composée une vraie partie de la vie des hommes. Que ce soit pour le travail de l’époque, ou le sport de nos jours vous allez voir que le cheval a toujours eu une place importante à nos côtés. Sur cette page nous vous détaillons chaque grands moments de sa vie par ordre chronologique, afin de mieux comprendre son histoire mais surtout celle qu’il a partagé à nos côtés.

Le cheval la plus belle conquête de l’homme
L’homme et le cheval

Le cheval de la préhistorique au 19ème siècle à quoi peut il ressembler ?

L’apparition du premier équidé préhistorique était il y a 50 millions d’années, sur le continent d’Amérique. Appelé Eohippus, c’est un mammifère de la taille d’un petit chien. Ses membres sont composés de quatre doigts aux antérieurs et trois doigts aux postérieurs. C’est un herbivore qui vit principalement dans les forêts de l’hémisphère Nord. On dit de lui que c’est son ancêtre le plus éloigné.

Ensuite, il y a 35 millions d’années c’est au tour du Mesohippus. Un peu plus grand que celui qu’il le précède, il ne lui reste plus que trois doigts. Ce type d’équidé a été découvert du côté de l’Afrique. Le Merychippus arrive un peu plus tard. Ses pieds sont toujours constitués de trois doigts mais il ne s’appuie plus que sur un, les deux autres doigts on rétrécit et sont donc plus haut.

5 millions d’années plus tard arrive le Pliohippus. Il ne lui reste plus qu’un doigt, caché dans un sabot. Ce qui lui permet de courir plus vite, il fait maintenant la taille d’un poney.

L’Equus Caballus, ancêtre le plus proche du cheval est arrivé seulement quelques millions d’années avant J-C. Comme le cheval d’aujourd’hui, il se déplace sur des sabots. Des ossements on également révélé que les molaires se seraient élargies et épaissies. Il a été retrouvé sur plusieurs continents comme l’Afrique, Asie, l’Europe et l’Amérique.

Tout les ancêtres préhistorique du cheval
Les ancêtres de nos chevaux

Puis à la fin du XIXème siècle le cheval de Przewalski à été découvert en Asie, c’est la dernière espèce sauvage avant nos Loulous. Il ressemble en tout point au poney actuel, mais il a gardé quelques aspects physique semblable à ceux de la préhistoire. Comme la tête robuste, des yeux un peu plus haut et la raie de mulet. Une association a été pour la sauvegarde de la race, on peu encore en apercevoir en Mongolie.

Comment et pourquoi le cheval a été domestiqué, et depuis quand ?

Avant la domestication, le cheval était une proie de premier choix pour les hommes. En effet à la période Paléolithique appelé aussi l’âge du cheval, des ossements qui dateraient de 40 000 ans auraient démontrés que l’homme le consommait et qu’il utilisait aussi la graisse, la peau et les crins. À l’âge Paléolithique, des archéologues ont également découvert des gravures représentant des chevaux sur les parois rocheuses ou dans des grottes. La plus ancienne trace du cheval domestiqué date de 3500 ans avant Jésus-Christ. Il a été retrouvé au Nord du Kazakhstan. Ses prémolaires avaient les mêmes stigmates que celles de nos chevaux actuels, ce qu’il prouve qu’il était sûrement déjà harnaché.

Gravure du cheval à la préhistoire
Dessin d’un équidés préhistorique.

A l’Antiquité le cheval à inspiré nombreux artistes, surtout des peintres français et espagnol. Les archéologues on également trouvé que les poteries antiques se composaient de graisse provenant du lait de juments, sûrement pour assouplir la terre. Donc on peut en déduire qu’à cette période la jument était déjà trait. À cette époque le cheval marquera l’homme par son existence, de là commence une relation qui n’a jamais disparu.

De nombreux écrits existent sur les chevaux au cours du temps. Les Grecs seront les premiers à rédiger des ouvrages sur le dressage du cheval en l’an 391. C’est Xénophon qui serait l’auteur du Traité de l’équitation. Il y décrit l’utilisation du cheval, la sélection, les soins à lui apporter, ainsi que l’art du débourrage pour ensuite pouvoir le monter. Les Grecs et Romains qui étaient cavaliers montaient à cheval uniquement pour affronter l’ennemi.

Dès le 5ème siècle des étriers plus perfectionnés voient le jour, ils permettent aux guerriers d’avoir une meilleure stabilité et donc plus à l’aise au combat. Au 11ème siècle les chevaux étant les premières cibles des tireurs à l’arbalète, afin de faire tomber l’adversaire. Ils inventent alors une côte en maille pour également protéger le cheval. C’est au 16ème siècle que l’arme à feu fait son apparition. La Cavalerie passe alors en second plan et sert uniquement aux transports.

Armure du cheval et du chevalier
Armure française du 16ème siècle

L’agriculture et le cheval. c’est au 10ème siècle qu’on invente le collier d’épaule qui permet d’obtenir une meilleure puissance de traction. A partir du moment où on a eu besoin du cheval, l’élevage et le commerce c’est largement et rapidement développé. Les chevaux coûtent trop cher pour un petit paysan de plus, il est nourrit à l’avoine ce qui demande une surface de culture supplémentaire que le petit paysan ne peut pas se permettre. C’est alors uniquement des riches et grands fermiers, qui ont les terres et la richesse suffisante qui se les offrent du 14ème jusqu’au 18ème. Les chevaux sont utilisés pour le travail de la terre. Par la suite nous retrouverons le cheval dans les mines, certains sont restés toute leur vie dans les mines sans jamais en sortir. En 1476, la Poste Royale est créée par Louis XI. Des chevaux plus légers, plus près du sang sont alors utilisés. Louis XIV quant à lui fait aménager des routes pour faciliter le déplacement de ces chevaux.

Plus tard au Moyen-âge entre 1550 et 1556, Frederico Grisone et Cesare Frashi des italiens écrivent tout deux un ouvrage sur l’art équestre. Le premier décrit une équitation sévère tandis que l’autre propose une équitation déjà plus moderne. C’est en 1553 que l’équitation à la française voit le jour. C’est Salomon de la Broue qui apporte beaucoup plus de douceur à l’équitation. De là l’éducation à la française des chevaux devient une référence au 17ème siècle. François Robichon de la Guerinière l’écuyer de Louis XV en 1773. Rassemble toutes les méthodes des dresseurs français dans un Traité qui est encore aujourd’hui une référence.

À la fin du 18ème siècle les militaires met à mal l’équitation subtil et douce. Afin de pouvoir former les chevaux plus rapidement aux combats en chargeant au grand galop. En 1864 le Général L’Hotte a fondé l’école militaire de Saumur. Il mélange alors les méthodes traditionnelles du 17ème siècle à celle de la fin du 18ème siècle. A l’armée les chevaux servent à tirer les chars.

Quatre cavaliers devant l’Ecole de cavalerie de Saumur.

C’est au 19ème siècle, que le marché du cheval pour le transport s »est développé. En effet 85 000 chevaux se déplacent à toute heures à Paris. On les appellent Hippomobiles. En 1855 c’est Hausmann qui crée à la capitale une compagnie de transport. De ce fait de nouveau métier voit le jour tel que : Cocher, palefrenier, vétérinaire, maréchaux-ferrants mais aussi selliers, carrossiers et fabricants de roue pour les charrettes ou carrosses. Mais c’est à la fin du 19ème siècle que le train et la voiture ont remplacé l’hippomobile.

Hippomobile, cheval tire une charrette
Deux chevaux tractent un carrosse.

C’est au 20ème siècle que les cavaliers se dirige vers le sport avec des concours et même des championnats dans les disciplines du dressage, saut obstacle. On découvre aussi les courses d’endurances ainsi que des spectacles artistiques. Le cheval a aussi servit d’image politique. À l’époque posséder un cheval était réservé uniquement à un membre de l’élite. Le cheval et son entretien coûte très cher c’est pour cela que de posséder un cheval est signe de richesse. Le cheval devient un symbole, plusieurs statues équestres trônent dans de nombreuses villes du monde. Petit à petit des académies équestres voit le jour, au début réservé aux jeunes nobles. C’est ensuite la bourgeoisie qui pris des leçons d’équitation pour par la suite donner naissance aux compétitions équestres.

Nous pouvons en conclure que le cheval a eu divers ancêtres de la préhistoire, qui au fur des années ou plutôt des millions d’années a changé morphologiquement, il était répandu dans les quatre coins du monde. À savoir que l’homme est à l’origine de nombreuses races. Qu’il a lui même créé par le biais de sélections, pour que l’animal correspond en tout point à son utilisation. De là de nombreux élevages de différentes races se développent. Au jour d’aujourd’hui on compte 397 races dont 37 française. Vous aurez compris l’importance du cheval dans notre humanité. Au début il nous a nourrit, puis a été un vrai guerrier à nos côtés. Par la suite il nous aura transporté. Mais de nos jours le cheval est encore un moyen de transport dans certains pays d’Asie centrale. Pendant que dans le reste du monde le sport est sa principale utilisation. De nos jour on compte pas loin de 25 disciplines sportives différentes. Il a aussi inspiré de nombreux films où il prend parfois le premier rôle. Il ne faut pas oublier que grâce au cheval et son utilisation, on a pu créer de nouveaux métiers. Et qu’un commerce fleurissant a vu le jour. Tout ça pour dire que si le cheval n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer. Il est doté d’une intelligence et d’une polyvalence qu’il lui a valu le nom de la plus belle conquête de l’homme. Les chevaux sont à l’origine d’une amitié datant de milliers d’années mais surtout d’une passion qui a toujours fait vibrer les hommes.

Notre article vous a intéressé ? Retrouvez en pleins d’autres sur le cheval ou différents thèmes. Une question a poser allez faire un tour le forum de mapetitbete.com

Record du monde de saut d’obstacles 2m47
Huaso et Alberto Larraguibel sur 2m47 en 1949.